Accueil Cyclisme
Cyclisme

Historique : 

La période des pionniers (1980 – 1995)

Le FTT est né dans le sillage du développement du "mountain bike" dans les collines au Nord de San Francisco. A la fin des années 80 John Castellano, un brillant ingénieur de la NASA, a l’idée de créer de toute pièce un engin hybride situé à mi chemin des fauteuils d’athlétisme et des VTT pour combler les limitations des traditionnels fauteuils de ville.
Après deux ans de développement, le "Cobra" était né, petite merveille de maniabilité et de légèreté.
L’activité est ensuite restée confidentielle pendant quelques années à l’exception d’un remarquable athlète paraplégique, John Davis (le médaillé d’or en ski de descente à Nagano), qui a osé lancer son "Cobra" dans les courses de descente VTT valide. Ses performances ont été tout de suite spectaculaires attirant l’attention et les sponsors.
En parallèle avec cette orientation très compétitive, une activité plus ludique est apparue en France sous l'impulsion de Jean-François Porret, tétraplégique possesseur d’un Cobra dès 1990. Elle s’est essentiellement tournée vers la randonnée sportive en montagne et la recherche de l’autonomie en pleine nature.

 

 
 

La période des batisseurs ( 1995 – 2000)

Faute de matériel disponible en France, l’activité est longtemps restée très confidentielle  et limitée aux réalisations des heureux premiers défricheurs. Le déclic est venu de 2 contributeurs majeurs :
-  Gilles Bouchet, qui a su très tôt percevoir l’intérêt de ce type de matériel pour le public handicapé. Il a facilité le développement d’un nouveau modèle performant, le "Dahu", inspiré du "Cobra".
- Alain Saint Martin, déjà connu dans le milieu sportif handicapé pour ses modèles de ski assis, a développé et commercialisé dans le même temps un engin original à 3 roues, le "Concept Tout Terrain", très confortable et efficace.

- D’autres tentatives de création de FTT ne se sont pas réellement concrétisées.
- Il est important de mentionner également dans cet historique l’apparition dès 1988 d’un fauteuil mono roue inventé par Joël Claudel, la "Joëlette", engin de transport conduit par 2 ou 3 assistants valides, mais capable de passer à peu près partout.
De nouveaux acteurs ont pu alors entrer en scène et fournir l’indispensable coup de pouce impulsant l’expansion de ce nouveau sport de loisir :
- la Région Rhône Alpes, dans le cadre de son actif soutien au tourisme adapté, par le financement d’une petite vingtaine de FTT (Dahu et CTT) répartis sur 7 structures de Savoie, De  nombreuses expéditions et voyages lointains sont réalisées par JF Porret, avec son Cobra: 1 mois au Tibet avec descentes depuis 5600m, 1 mois en Equateur de volcans en volcans, 1 mois dans les montagnes du Sichuan chinois, …
D'autres, a leur tour, se lancent dans cette voie: le club montagne de Villefontaine en Equateur, les douaniers lyonnais avec 2 raids au Maroc, Handisport Ardèche avec 1 mois de 4x4 et FTT en Tunisie puis freemouse en Bolivie (4x4, FTT et parapente) avec une belle descente depuis 5500m. 

 

La période du développement ( 2000 - …. )

Tout était maintenant en place pour offrir à tous un accès à ces  nouveaux espaces de liberté. La possibilité était démontrée, des parcours existaient et le matériel était disponible. Restait encore à structurer l’activité pour en assurer la sécurité et le développement durable.
Le succès est, là encore, venu d’un petit nombre de contributions essentielles :
- Gérard Thievenaz tout d’abord, dans le cadre de Handisport Savoie, impulse, organise et anime depuis 2000 de nombreux évènements autour du FTT. Depuis maintenant 5 saisons de FTT, environ 25 journées sont chaque année proposées à leur programme.- La Fédération Française Handisport inclut depuis 2000 le FTT dans la liste de ses disciplines sportives et en facilite le développement au travers de ses comités départementaux. Elle a également soutenu et participé à une expédition dans les hautes montagnes d’Equateur, avec 2 FTTistes, organisée par l’Association Sportive de VilleFontaine.
- Une solide formation destinée aux professionnels de la montagne et du cyclisme, désirant encadrer des sorties de Randonnée Handi est mise en place depuis 2000 par la FF Handisport en relation avec les syndicats professionnels. 

 

Les principales pratiques du Fauteuil Tout Terrain :

 
 
 

Comme pour la plupart des sports de pleine nature, on trouvera bien sûr une pratique de compétition et une pratique de randonnée sportive.
Mais par sa convivialité et la facilité de son utilisation, le FTT se prêtera également fort bien à un usage de simple loisir détente.
Et pour ceux que tentent l'aventure hors de nos frontières et la rencontre avec d'autres modes de vie, nombreux sont les voyages et trekkings qui deviennent alors possibles.

Compétition

Elle est aujourd'hui à peu près essentiellement pratiquée aux Etats Unis et au Canada,. L'intérêt grandissant de cette discipline a même conduit les organisateurs de la NORBA à modifier le tracé de leurs parcours pour les rendre compatibles avec les capacités des FTT!...
Ce type de pratique n'est pour l'instant pas à l'ordre du jour de la Fédération Française Handisport, trop de paramètres (assurance et sécurité) restant à appréhender.

Randonnée sportive 

Elle se pratique de préférence sur des parcours descendants, le poids des FTT les rendant peu attrayants sur des profils plats ou montants par rapport à d'autres engins comme les vélos à mains. Les itinéraires assez roulants pourront avantageusement être effectués en compagnie de VTTistes tandis que les circuits très techniques ou trials se feront avec des accompagnateurs à pied.
Les points hauts de départ s’atteignent généralement en voiture ou à l’aide de remontée mécaniques. Une dépose en 4x4 pourra bien sûr être envisagée, mais on aime moins çà….

Randonnée Loisir

Bien au delà des facettes quelque peu élitistes de la compétition, de la randonnée sportive ou du raid lointain, se cache la dimension qui est peut etre la la plus riche parce que la plus simple, celle du loisir convivial. Après tout, le bonheur est dans le pré...
En famille ou avec des amis, où l'on retrouve avec émotion le bonheur des randonnées en montagne avec des enfants. Ou encore ces longues descentes, un enfant riant aux éclats de joie sur des genoux qui se substituent tout naturellement à l'ancien sac à dos porte bébé.
Mais aussi et surtout partout ou votre imagination ou vos désirs auront su vous conduire: la pêche, la plage, l'observation des animaux...

Voyages et trekkings

Des raids de plusieurs jours, voire semaines, peuvent être réalisés avec l'aide d'une logistique essentiellement locale. Nombreux sont les pays où l'on trouve sans trop de difficulté des animaux de traction (mule, yack, cheval etc…) facilitant les montées , les descentes se faisant bien sûr de façon autonome. Cela ouvre l’accès à de longues traversées de massif ou aux vallées d'altitude jusque là inaccessibles aux fauteuils.
Utilisation plus touristique aussi, pour simplement circuler dans ces nombreuses villes ou villages du tiers monde bourrés de trous, marches, pierres et autres talus si peu pratiques avec nos classiques fauteuils de ville. 

 

Sécurité :

A emmener systématiquement dans le sac à chaque sortie.
Rien n'est plus désagréable que de rester bloqué sans matériel de réparation ou/et sans vêtements chauds pour attendre de l'aide dans un vent glacial...

Pilote

1 chambre à air avant (20 pouces), de préférence renforcée
1 chambre à air arrière (26 pouces), de préférence renforcée
1 kit de réparation (rustines, colle, démonte pneu)
1 pompe de vélo (avec embout adapté aux chambres)
1 couverture survie dans le fond du sac
1 vêtement chaud en réserve (pull, coupe vent etc...)
Le matériel spécifique au handicap (i.e. sondages)
1 téléphone mobile lorsque c'est possible
Et, bien sûr, avoir toujours le casque sur la tête...

Accompagnant

1 kit de réparation (rustines, colle, démonte pneu)
1 pompe de vélo (avec embout adapté aux chambres)
2 clés plates (13 mm et 17 mm)
1 tournevis plat
1 jeu de clés 6 pans
1 clé à molette
1 cable de frein de vélo long
1 couverture survie
1 carte au 1/25000 du parcours
1 corde d'une dizaine de mêtres en 7mm
2 mousquetons
Pneumatiques
Choisir des pneus type descente, larges (en général 2 pouces et plus) pour une meilleure tenue en terrain meuble. Mettre en fond de pneu une bande mylar anticrevaison, çà peut éviter de mauvaises surprises... On peut également utiliser un anneau de mousse (Kair Free) en protection de la chambre à air. Çà marche bien.

Système de traction

Il s'agit du dispositif permettant de relier le FTT à un moyen de traction et d'autoriser son largage par le pilote. Il se compose d'une cordelette de 6mm de section et de 1m de long, munie de 2 petits mousquetons à l'extrémité coté Fauteuil et d'un largueur à l'autre extrémité. Une fine cordelette va du largueur au pilote et permet à celui ci de déclencher le système (type largueur ski).

Housse de protection

Housse coupe vent, protège poussière et imperméable protégeant les jambes du pilote. Elle permet également le franchissement de gués lorsque son étanchéité est bien faite. 

Système de boisson

Deux techniques fonctionnent très bien: la gourde fixée sur le FTT (par exemple placée dans la poche sous les jambes), ou un système muni d'un tuyau d'aspiration (type CamelPack, Platypus ou autre) et fixé sur l'arceau (photo jointe)

Dès qu'on envisage une aventure comportant des nuits en refuge, sous tente ou à la belle étoile se pose le problème du couchage. Il est souvent difficile de transporter avec soi ou de trouver sur place un bon matelas mousse. La solution simple consiste alors à emmener un matelas pneumatique que l'on choisira fiable (attention aux crevaisons critiques pendant le sommeil), pas trop dur et aussi léger que possible.
Un modèle sur mesure, particulièrement léger (autour de 1 kg), peut être réalisé par CERTEC à Soucieux les mines.
Lorsqu'on peut disposer d'une logistique d'accueil sur place, une bonne solution consiste a utiliser 2 a 3 (selon la sensibilité) matelas mousse de 5 cm d'épaisseur. Ils sont, de façon très classique, mis a disposition des trekkeurs lors des randonnées organisées. 

 

Cadre de l’activité :


Le FTT est outil d' autonomie en descente pour les personnes à mobilité réduite qui permet l'itinérance dans le milieu naturel montagnard. La pratique de la vitesse ou de la compétition nécessite des modalités d'organisation et de sécurité  importantes et spécifiques qui ne peuvent pas s' improviser

Le FTTiste doit vérifier que son état de santé est compatible avec ce type d' activité (niveau d'autonomie, environnement, prévention des escarres, positions etc...) et prévoyez le matériel spécifique à votre situation.

La pratique habituelle s'organise sur des sentiers qui peuvent être irréguliers mais suffisamment larges. Ces chemins doivent être  reconnus à l' avance afin d'en connaître le profil et les éventuelles difficultés.
Ne partez jamais seul: un accompagnement  d'au moins 2 personnes est indispensable afin de faire face aux replats, remontées ou évolutions inattendues du terrain (ravines, arbre couché, neige...)
Les conditions évoluent très vite en montagne: renseignez-vous avant le départ (Météo, état du sentier...) auprès des offices du tourisme ou des professionnels concernés.


La prudence recommande le port d'un casque agrée (VTT) systématique et une vérification   préalable de l'état de votre FTT (pneumatiques, freins, direction, serrage, trousse de secours...)
Attention à l’installation du FTTiste, au bourrage de vêtements ainsi qu’à toutes les sources de frottement.
Vérifier que les habits soient bien rentrés et que le froid ne pénètre pas.

Choisissez votre terrain en fonction du handicap et de l'autonomie du pratiquant, de votre niveau d' expertise .Prévoyez un apprentissage progressif .

La vitesse devra toujours être maintenue en dessous des capacités du pilote et l'on se méfiera de l'émulation suscitée par la présence simultanée de plusieurs FTT. La technique de pilotage de ces fauteuils s'acquiert rapidement et donne très vite l'illusion d'une grande maîtrise. Attention à ne pas se laisser griser.

Appliquez les consignes générale de la randonnée (préparation et matériel nécessaire, conduite, conduite à tenir en cas d' accident ou d' incident). Un moyen de liaison radio peut s'avérer très utile.

 




Encadrants habilités :

Les encadrants de structure associative ou privée devront être expérimentés et qualifiés pour la pratique du FTT.
Le FTT ne pourra être encadré contre rémunération que par des Brevets d'Etat vélo, (BEES cyclisme ou VTT ou activités du cyclisme) ou par des Brevets d'Etat Accompagnateurs Moyenne Montagne, avec éventuellement  la Qualification VTT, selon la pratique FTT (parcours a prédominance roulants versus randonnées en montagne et terrain d'aventure).  
Le Certificat de Qualification Handisport Randonnée en Montagne ou VTT (CQH), délivré par la Fédération Française Handisport, est fortement recommandé.
Pour plus de détails sur la réglementation, les formations, consulter l'excellent guide méthodologique de la Région Rhône Alpes sur la Randonnée handisport

 

Certificat de Qualification Handisport :

C'est une formation complémentaire, dispensée par la Fédération Française Handisport, destinée aux cadres sportifs diplômés dans une spécialité (BEES). Elle permet d'acquérir les compétences nécessaires à l'encadrement de personnes handicapées physiques ou visuelles et est validée par la délivrance d'un Certificat de Qualification.
Celui ci s'obtient en 2 temps :
- le module A, commun à toutes les disciplines, est une approche théorique et globale sur la connaissance du Handicap,
- le module B est une session pratique et pédagogique pour chaque spécialité (ici la randonnée) traitant les principaux aspects pédagogie adaptée, choix  des matériels spécifiques . . .
- une  UF  FTT est intégrée au programme du CQH dans les modules B  Randonnée en Montagne et VTT

 

Techniques de progression :

Comme pour toutes les activités sportives, c'est l'anticipation qui fera de vous un bon pratiquant. Développez là par la pratique progressive et prudente.
Sur les chemins, ralentissez en présence de piétons et soyez aimables en toute circonstance. Vous allez susciter l'étonnement, l'admiration. Profitez en pour montrer le handicap sous son meilleur jour.

Les débuts

La prise en main pourra se faire sur un chemin carrossable (type piste 4x4) de raideur moyenne et dépourvu de dévers. Il sera, bien sûr, parfaitement connu de l'accompagnant VTT. Dès qu'un minimum de confiance est acquis, que l'engin est maîtrisé en conduite et en freinage, on abordera les passages à vitesse réduite de difficultés naturelles sur des parcours trials et des pentes plus accentuées. L'accompagnant sera alors à pied et pret à intervenir.
Vous pourrez ensuite commencer à vous aventurer vers des parcours que vous aurez choisis d'après information (topo, carte), mais toujours avec un accompagnement solide   (au moins 2 personnes qualifiées).

La montée

En Véhicule, la plus simple et la plus courante, vers des points hauts par route ou piste (4x4 éventuellement).
En Téléphérique, dans certaines stations d'été. Permet d'accéder à des altitudes importantes et donc à de très longues descentes. Inconvénient: ils conduisent à une pratique à proximité des stations de ski, ce qui n'est pas toujours le plus joli cadre...