Accueil Accrobranche
Accrobranches
 
 
 

 A ne pas confondre avec les parcs aventure, il s’agit de grimpe en forêt. Les « accrobranchés » équipent des sites 100% naturel de la même façon que les grimpeurs le font sur une falaise.

En haut de l’arbre se trouve une « fausse fourche » qui sert de relai pour installer la moulinette. Une personne assure en bas de l’arbre pendant que l’autre grimpe.

Les personnes peuvent aussi grimper sur corde avec la technique du « foot-lock ». Il s’agit ici de monter à l’aide d’une jambe et des deux bras (pas mal pour les personnes amputées) pour rejoindre les cimes ou pourquoi pas un hamac perché.
L’accrobranche est une excellente activité pour les personnes handicapées car le contact de l’arbre est souvent beaucoup plus chaud que celui de la pierre.

Le nombre et la taille des branches peut faciliter la montée.

Les baudriers de type « élagage » sont souvent beaucoup plus confortables et ont un maintient beaucoup plus importants que ceux d’escalade.

Des techniques de mouflages peuvent faciliter la montée, notamment pour les personnes n’ayant pas assez de tonus musculaire dans les membres inferieurs.

Cette activité prend particulièrement du sens pour les personnes D.V, car c’est un des rares moyens qu’ont ces personnes pour se représenter un arbre, comprendre sa forme, sa taille , son port.

 

Encadrement :

Encadrement professionnel (contre rémunération) : Toute personne titulaire du diplôme de GEA (grimpeur encadrant dans les arbres) et ayant effectué + de 200h de pratique avant le 01 janvier 2009.
Diplôme délivré par les accrobranchés ®

 

Réglementation :

Les mêmes règles de sécurité de base que pour les valides doivent être respectées (vérification de l’adaptation du baudrier, de l’encordement et de l’assurage, parade au pied des arbres, surveillance de l’environnement en milieu naturel,…)
La pratique doit répondre à la charte de déontologie des accrobranchés (respect de l’environnement…).
Cependant, certains aménagements pédagogiques doivent être respectés :


- éviter les approches trop longues ou problématiques en milieu naturel, pour limiter fatigue et découragement
- choisir les sites ayant un accès facile (forêt plate ou ayant peu de pente).
- penser à la phase d’échauffement pour tester les possibles limitations fonctionnelles.
- choisir des arbres adaptés aux capacités des personnes, ou poser des mouflages
- insister sur la position de l'assureur, éventuellement le caler pour éviter des déséquilibres.
- pour les déficients visuels, travailler sur une description des prises et un entraînement à l'exploration tactile.
- pour les amputés, envisager les gestuelles spécifiques comme les changements de pieds. travailler les montés sur corde en foot-lock.